Concept

Pourquoi un surfer? Pourquoi de la philo?  Pour  qui ? Et pourquoi?

Après une année d’activité, on m’a souvent demandé pourquoi, mais aussi la cohérence entre une prestation de service et le sport?

– « Car déjà  tout le monde n’aime pas forcement la philosophie, alors, en plus si il faut tenir sur une planche!  »

Alors que fait la Philo? Elle interroge elle questionne, elle dérange! Mais pas que!

Aujourd’hui, je vais mettre fin a un grand mystére et vous offre l’explication et les raisons de son adéquation avec la vocation de Philo and Co.

Le surfer n’a pas été  le logo de Philo and co sans raisons, c’est la philosophie du surfer qui a aussi alimenté Phil and Co.

Nous allons donc décrypter les vertus du surfer non pas uniquement de ses capacités mais de ce que la logique de ce sport présuppose comme philosophie.

Analysons ensemble, la démarche elle même, il s’agit de s’appuyer (littéralement) sur les forces de la nature pour en faire un jeu, une distraction et un sport.

Tout cela à partir de quelque chose d’effrayant, une vague finalement n’est ce pas l’image de l’adversité, cela revient par cycle et par définition est indomptable, nous dépasse.
Par son principe le surf ne contourne pas l’obstacle mais en fait son appui.

Il ne s’agit donc pas de  face à l’adversité et mais en tirer profit, savoir « optimiser les obstacles », n’est pas seulement l’idée de voir des opportunités derrières les obstacles qui s’accumule (car e n’est pas inné) mais il s’agit plutôt d’une tournure d’esprit.

Penser non pas en terme d’urgence mais dans une confiance appuyée, de ses propres expériences et de nos réalisations. N’est ce pas  finalement, ce qui nous offre de nouvelles perspectives comme le disait Albert Einstein : »On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » ?

 

Agathe Vidal

Agathe Vidal

Fondatrice de Philo and Co , de

l’Institut Cogito   et du Club Cogito